Véronique Fièvre est née en 1963 au Mans .

Très jeune, elle ne fait que dessiner et peindre. Plus tard, inspirée par Paul Klee, elle peint sur bois dans un style plutôt structuré, puis, influencée par les oeuvres de Nicolas de Staël, elle s’exprime à travers des  lignes épurées qui apportent calme et stabilité à ses toiles.

La nature est sa première source d’inspiration : La Loire qu’elle côtoie tous les jours  lui donne une infinité d’instants à saisir. Par ses cadrages, elle nous invite à ressentir l’immensité d’un paysage, à s’y confondre presque, et à appréhender les éléments naturels tel que le minéral ,l’eau, le ciel…

 Dans ses abstractions, on sent la présence du végétal : les traits s’apparentent parfois à des tiges, des feuilles…

La matière est importante. L’artiste la maçonne, la triture, la blesse, la rendant tantôt fluide, tantôt épaisse. Elle recouvre, laissant parfois émerger les couleurs enfouies . Les formes sont simples, dépouillées de leur côté anecdotique et créent une composition sobre et forte. Plus besoin de prétexte figuratif, l’action de peindre devient instinctive, elle relie l’homme à l’universel. 

« Quand la couleur est à sa puissance, la forme est à sa plénitude » disait Cézanne. Véronique Fièvre connaît le langage des couleurs.

 

Elle  habite et travaille près de Tours. Elle  participe à de nombreux salons et expositions, en France comme à l’étranger.